Enfin…

Me semble que j’ai toujours ce titre-là… m’enfin!

Enfin, disais-je.

Ceci est mon premier texte blogué à partir de mon iPad. Je dois dire que je suis suffisamment sidéré par l’appareil pour n’avoir pas touché à mon MacBook de la semaine… le iMac n’ayant vu de l’action que le temps de taguer quelques centaines de photos pour constituer un portefolio potable qui vivra désormais sur mon iPad, à proximité de ma collection de Frank Zappa, des Beatles et de Jeff Beck. En passant, Sir Paul sera à Montréal le 14 août. Achetez des billets au PC. Tout le monde l’aime, Paul.

Mais sérieusement, quelle machine merveilleuse. Moi qui ai été un « early adopter » du Newton MessagePad, l’ancêtre infiniment plus évolué des minables Palm et autres Blackberry (quelqu’un se souvient du nom des déchets produits par Microsoft et HP?), je retrouve l’excitation indescriptible que procure la machine destinée à nous faire faire des choses. Je comprends tellement le point de vue énoncé par Saint-Steve cette semaine : le PC (Win ou Mac) est condamné à devenir enfin une espèce d’anachronisme dédié à des tâches ultra-spécialisées qui exigeront une puissance de traitement hors du commun. Comme le bon vieux pickup des agriculteurs. Steve Ballmer aime ça les pickups, grand bien lui fasse, le sinistre crétin. Graphisme, 3D, vidéo. Pour tout le reste, websurfing, facebooking, twittering, youtubing, courriel, vie sociale, télé, vidéo, musique, partage de photos, bref 110% de l’utilisation d’ordinateur de la majorité des gens, la tablette bouche le trou ultra élégamment.

J’adore. Le iPad est tout ce que le Newton a essayé d’être, en mieux, 15 ans plus tard, avec le génie de ce merveilleux visionnaire all over. Vous vous souvenez d’un monde sans iPod?

Steve for president. Anytime.

– publié avec BlogPress de mon iPad!!!