Le bien nommé Cap de Bon Désir

 

Bien nommé en effet, puisqu’à chaque visite on revient en se disant que les cétacés s’y laissent effectivement bien désirer. On voit plus de baleines au fabuleux camping Lévesque qu’au parc fédéral! Où va l’argent de nos taxes, Ventre-Saint-Gris?

Un seul petit rorqual s’est pointé le nez pendant notre passage hier; j’ai au moins pu lui tirer le portrait de l’aileron…

Ce matin, mercredi, les fédéraux nous annoncent des pointes de vent à 80 km/h en provenance du sud-ouest… Et ça a l’air de vouloir se concrétiser vite ce matin. On prend l’avertissement au sérieux car avant-hier, la cuisinette des voisins Marcel et Chantale a pris la poudre d’escampette à cause des fantaisies d’Éole.

Nous avons donc ajouté des tendeurs tout le tour de la cuisinette… Nette amélioration, elle ne semble plus disposée à s’envoler à tout moment malgré les fortes bourrasques. Nous renforcissons également le pourtour de la tente de la même façon, chose que nous n’avions jamais eu à faire jusqu’à maintenant, la Bedrock étant un modèle de rigidité. Mais comme les années ont prélevé leur tribut sur sa robustesse initiale, on ne prend pas de chances.

Il vente tellement que There ne veut pas quitter les lieux au cas où tout disparaîtrait!

Mise à jour : on a décampé à l’annonce de vents plus violents que ceux subis jusque-là… poteaux de tenter crochis (allo?  Madame North Face? J’ai une réclamation pour vous!), cuisinette héliportée, bref, on est maintenant à Québec, et on va se taper une fondue chinoise avec Vincent!

– Pitché dans le blog avec mon iPad!