Tadoussac!

Difficile à éviter comme étape quand on est dans le coin.

Tadoussac, c’est maintenant le nouveau Percé, rien à voir avec le village perdu que Louis Brunelet, cette graine de Français, et moi découvrions ensemble il y a plus de trente ans de façon inoubliable. Au fait, Louis, le proprio de l’auberge de jeunesse est toujours au poste…

D’accord pour dire que les souvenirs « Made in China » n’ont pas encore envahi toutes les Boutiques, mais on sent l’effort d’y arriver coûte que coûte, malgré la résistance des artisans du Québec entier, qui sont très représentés sur place. Coudon, y’a rien de local là-bas?

Enfin, tout ça pour dire qu’après avoir quitté Saint-Sim sous une épaisse brume que nous avons laissée derrière nous en montant la première côte qui se présentait à nous (c’est à dire en tournant à droite en sortant du camping), ladite brume nous a rattrapé dans la côte qui descend vers Baie-Sainte-Sainte-Catherine. On n’a jamais vu le quai, ni à Sainte-Cat ni à Tadoussac, et encore moins le si majestueux Saguenay.

Une fois la voiture stationnée hors de portée de la schtroumpf locale (de la SQ, rien de moins), vivement à l’épicerie pour une paire de sandwiches très ordinaires, à hauteur de leur prix. Direction plein sud, marina, promenade et tout ça.

Surprise mal contenue, on n’y voit pas à peu près pas. Une purée de pois digne du Whitechapel de Dickens (j’ai bien essayé, ici, de traduire « dickensian », sans grand succès), allégée toutefois d’un ensoleillement qui tente de faire échec à la purée de pois ici et là. Mais enfin, peut-être à cause des pouvoirs occultes des suisses et autres allemands qui nous entourent (quelqu’un parle français ici?), le brouillard se lève peu à peu et on peut enfin se rendre à la Pointe de l’Islet, qui est certainement l’endroit favori de toute la planète de ma blonde.

Pourquoi? Petits rorquals, bélugas et même rorquals à bosse y sont toujours au rendez-vous. Et ils y sont encore cette fois! There voit un petit rorqual lui sortir sous le nez à 100 pieds du bord…

Retour au camping de Madeleine et Gérald, gros souper de pâtes agrémentées de la toujours succulente sauce à spag de l’épicerie du coin… Placotage avec les nouveaux amis campeurs, gros feu, dodo…

Estie qu’on est bien.

– Envoyé dans le blog avec mon iPad!