Saint-Paul de Vence et le Cap d’Antibes

Villa Chez Geneviève

Alors voilà.

Nous sommes sur place, il fait beau, la boulangère d’à côté arbore chaque matin un sourire magnifique, offre des croissants, des chocolatines et des pains aux raisins d’une qualité irréprochable et est super sympa pour aider les touristes québécois à se déprendre dans Juan les Pins. On fait tout à pied. J’ai appris à recharger mon mobile. Pourquoi partir? C’est ce qu’on se dit, et on s’incruste chez Geneviève pour quatre belles journées.

Geneviève est une dame fort avenante, très amicale et qui a à cœur que notre séjour dans sa ville soit le plus agréable possible. « Ah çà, le Cap d’Antibes, il faut voir. Et Saint-Paul, vous avez vu? Ah çà, il faut voir, hé? Et Biot? Ah çà, il faut voir! »

Saint-Paul de Vence

La liste est longue, alors on décide de commencer par Saint-Paul de Vence, qu’on joint via Cagnes-sur-Mer (« Ah ça, il faut voir! »). Dès qu’on quitte le bord de mer, ça devient beau par ici. On dirait que les français sont un peu blasés des vieux villages perchés et s’attaquent plutôt au littoral, qu’ils bétonnent à qui mieux mieux. C’est fou le nombre d’unités de logement de vacances disponibles juste à Cannes, Juan les Pins et Antibes! La France entière s’y rend en juillet et août, et il y a de la place pour tout le monde… Sur plusieurs étages, et sur plusieurs rangs.


Les villages perchés, eux, bénéficient souvent de parking souterrains très modernes et absolument indétectables. Un exemple que les gens de chez nous devraient suivre au lieu de défigurer le paysage. Et comme je suis maintenant un habitué, je ne détruis plus la Peugeot à chaque coin de rue.

Saint-Paul de Vence est un de ces villages parfaitement restaurés/conservés dont tout le monde nous parle depuis des années. Je dois avouer une petite déception; ici, on se trouve dans un village entièrement constitué de boutiques, de galeries d’art, d’échoppes de luxe, de vendeurs de toutes sortes de choses dispendieuses. La rue du Trésor, dans le Vieux-Québec… Imaginez un village entier dont chaque rue est une rue du Trésor, vous aurez le portrait. Plusieurs autres villages s’avéreront moins commerciaux, et c’est tant mieux!

Maison typiquement méridionale, Vence

Comme Vence, tout à côté, par exemple. Très typique, très « médiéval », et beaucoup moins commercial, Vence nous a semblé plus agréable à vivre, tout en ayant conservé ce cachet unique aux villages perchés. Comme on le visite en fin d’après-midi, nous avons le bonheur de n’avoir pas trop de collègues touristes pour nous accompagner.

Au retour, suivant les conseils de Geneviève, nous nous rendons sur le sentier qui fait le tour du Cap d’Antibes. Fort agréable, une petite brise marine pour nous aider à sécher un peu, parce qu’aujourd’hui encore il a fait une chaleur étouffante.

Gros souper, je retrouve mes marques dans les cuisines et la cuisinière à gaz me convient parfaitement. On se tape un autre de ces vins qu’on aura plus les moyens de se payer une fois revenus au Québec, dodo et vivement demain pour d’autres aventures! 😉

Cap d’Antibes


D’autres photos dans Picasa!

– Pitché dans le blog avec mon iPad!