Parcs US, Jour 3 : Observation Point

Aujourd’hui, maintenant qu’on est réchauffés, on se lance à l’assaut de quelque chose d’un peu plus costaud : une randonnée de 13 km qui nous mènera à un promontoire nommé Observation Point qui surplombe Angel’s Landing du haut de ses 6700 pieds. Tout de même.

Angel’s Landing, en haut à gauche et The Organ, à l’avant-plan

On monte…

Quelques-uns des innombrables lacets

Lise nous avait dit que le dénivelé était moins brutal que pour se rendre à Scout Lookout, mais je crois que c’était juste question de nous motiver à y aller, parce qu’aucun de nous trois ne trouve ça plus facile. D’ailleurs la piste est cotée strenous, comme la plupart de celles que nous allons faire. Merci Lise. 😉

J’ai oublié de préciser qu’à Zion on ne se déplace pas en voiture; un système de navette très efficace nous évite d’avoir à le faire, et ça désencombre les routes en même temps. C’est très bien comme ça, mais ça veut dire qu’on doit tenir compte du fait que la navette prend 40 minutes pour aller au bout du trajet puisqu’il y a plusieurs arrêts en chemin. 40 minutes le matin, 40 minutes le soir. C’est long, mais le paysage est tellement vertigineux de beauté! Nous sommes en tout temps entourés des falaises gigantesques du canyon de Zion, creusé par la minuscule rivière Virgin. Celle-ci se transforme au moment des crues en un monstrueux torrent qui charrie 120 millions de tonnes de sédiments, roches, route et arbres compris, en un rien de temps. Vous ne voulez pas vous trouver dans les Narrows à ce moment. On y reviendra.

Le départ se trouve à Weeping Rock, un des derniers arrêts. De là, on accède après une série de lacets (switchbacks en latin) à la piste qui mène à Hidden Canyon, qu’on gardera en réserve pour le matin de notre départ vers Bryce Canyon puisqu’elle est courte. On tournera plutôt à gauche, pour entreprendre une autre série de lacets tout aussi stimulants pour le cœur en direction d’Observation Point.

Echo Canyon

Echo Canyon

Quelques lacets après l’embranchement en question, nous nous retrouvons dans Echo Canyon, à plus de 5500 pieds d’altitude, que surplombe une vertigineuse falaise. On se sent vraiment minuscule là-dedans et il est évident que ça se remplit d’eau au printemps cette affaire-là. Des millions d’années de travail de l’eau sont visibles partout, et Vincent s’assure de faire notre éducation géologique pour notre plus grand plaisir. Mais on finit par en ressortir pour entreprendre la montée dans une longue succession de switchbacks en plein soleil du matin. Mais ça chauffe quand même, et la pompe fonctionne à plein.

Nous accédons finalement à la dernière série de lacets, taillés au pic et à la pelle dans la paroi rocheuse qui nous donnera une vue imprenable sur Big Bend, The Organ et Angel’s Landing. Pas de chaînes auxquelles s’accrocher ici malgré le danger, mais la piste est plutôt large et finalement on s’habitue. Contrairement à ce qu’on pourrait s’attendre, il vente très peu à Zion et on se sent en sécurité à flanc de falaise. On a même le plaisir de voir notre premier condor de Californie!

Juste avant le dernier lacet vers le plateau, Vincent et moi avons presque été obligés de faire comme dans les films de cowboys et abandonner There à sécher sur le sol, destinée à voir son cadavre dévoré par les urubus et condors qui nichent ici. Elle s’est toutefois laissée convaincre que ce n’était pas la fin idéale et hop, on est repartis vers le top du top. Une fois sur le plateau, il faut quand même se taper un petit kilomètre de plus pour arriver à Observation Point… En même temps que la pluie, assez abondante finalement. On dine en attendant que ça passe, et ça finit par passer en effet. C’est drôle, parce que depuis notre arrivée à Zion on rencontre plein de québécois, et sur la pointe extrême de la falaise qu’est-ce qu’on trouve? Deux ou trois groupes de compatriotes amateurs de plein air!  On se sent chez soi.

On observe du point

Angel’s Landing, en plein centre de la photo. Hier, ça avait pourtant l’air haut.

D’ici, la vue est saisissante. On surplombe The Organ, le prolongement davantage érodé de la formation d’en face, qui trône au centre du Big Bend que forme la rivière Virgin. The Organ se prolonge dans Angel’s Landing proprement dit, beaucoup plus bas que nous. C’est drôle, hier ça nous semblait extraordinairement haut, et ça l’est. Même au puissant téléobjectif, les gens qui y circulent ont l’air de puces. La falaise au-dessus de laquelle ils se trouvent, elle, donne toute sa mesure : c’est une formidable paroi parfaitement verticale, qui donne le frisson.

La pluie ayant cessé ici tout en poursuivant sa course dans le canyon en direction de l’entrée du parc, nous entreprenons la descente. Celle-ci s’avérera désastreuse pour le tendon de mon pied droit, dans lequel je ressens périodiquement une douleur depuis quelques mois. Au retour, assez épuisés, nous constatons une enflure assez proéminente juste là où ça fait mal. En montant, pas de trouble; la descente sera par contre pénible pour le reste du voyage.

Tout en haut, là-bas…
ben c’est de là qu’on revient.

Retour dans la piscine frigorifiée pour les gars, la fille préférant faire le lézard dans ce qui reste de soleil. Nous irons souper au Spotted Dog Café, que l’on vous recommande chaleureusement : la cuisine est formidable (ici on évite de vous proposer des steaks) et la carte comporte plusieurs excellents vins à prix ma foi tout à fait raisonnables.

Demain, on va jeter un œil aux conditions pour The Narrows avant de décider de la suite des événements. Mais ça n’a pas l’air d’avoir beaucoup évolué.