Le Plan de la Tour, etc.

La Garde-Freinet

 

Trop de trafic à Saint-Trop’? You bet! Quelle horreur… Et comme il paraît que c’est toujours comme ça, Alain Rodriguez, notre hôte de Saint-Maxime et sa charmante épouse Eliane nous recommandent de prendre un raccourci pour aller à Saint-Tropez… En passant par Plan de la Tour, la Garde-Freinet et Grimaud!

Allez voir sur une carte topo, vous verrez qu’en fait de raccourci… Faut vraiment vouloir éviter le trafic!

Le Plan de la Tour, la Garde-Freinet, etc.

La Plan de la Tour, c’est la campagne normale productrice de Côtes-de-Provence. Joli et sympa, bucolique, calme et tout.

Entre la Plan de la Tour et la Garde-Freinet, c’est le Viet-Nam. Si on rencontre une voiture, faut fourrer les brakes, hard, arrêter et trouver un endroit pour passer deux de large… Quitte à reculer pendant XX mètres. Le tout dans un endroit d’une immense beauté qui n’a d’égale que le nombre de mètres qui nous séparent du fond du précipice. Là, à gauche. Non, à droite. Ah bon, on roule sur une arête!! Fallait le dire!

La Garde-Freinet, c’est un très beau village très typique, pas empli de boutiques comme certains qui nous attendent plus loin en chemin. On a bien aimé, mais il fallait rouler pour rattraper le retard, alors on a rembarqué, direction Grimaud.

Grimaud

 

Grimaud. Qu’est-ce que c’est beau, Grimaud! Un château en ruines conservé en l’état, pas un gugusse à la Walt Disney, qui surplombe un village médiéval d’une grande beauté, planté dans un site magnifique qui donne vue sur l’ensemble de la baie de Saint-Tropez.

Et un stationnement souterrain tout ce qu’il y a de plus moderne calibré pour des voitures encore plus lilliputiennes que notre minuscule Peugeot 207. Bilan, un côté qui arrache une lumière étonnamment protubérante à un tournant aveugle, de la tôle froissée en conséquence… Vive les assurances sans soucis de l’achat/rachat! Y’en a pour quand même pas mal!

Gassin

 

Gassin, Saint-Trop’

On retraverse la D559 pour s’arrêter à Gassin, autre village perché, mais plus bas quand même. Convaincant, très beau, libre de commerçants ou à peu près. Un des plus beaux villages de France, paraît-il si on en croit la promo à l’entrée, et je n’ai aucune peine à le croire.

Ramatuelle nous attend quelques mètres plus loin, au cœur d’une région viticole mal représentée au Québec. Comment dire… C’est beau? Me semble que je me répète! Comme les plages les plus célèbres de Saint-Tropez font en fait partie de la commune de Ramatuelle, on en profite pour y aller, quitte à se remettre dans le bouchon pour revenir à Sainte-Maxime par la suite. On ne se prive de rien, alors, There à l’eau à Pampalonne!

eueueuhhh… Ramatuelle?

 

A retour, Saint-Tropez nous garde prisonniers de son trafic infernal (on est pas lundi, là?) pendant très longtemps. Genre une heure pour 7 km.

Au retour, tard, nous arrivons chez Jacqueline pour l’apéro… Une heure après tout le monde!

Tout le monde, c’est Jacqueline François et son conjoint Serge, charmants tous les deux, Eliane et Alain, nos hôtes ainsi que leurs sympathiques amis de Macon, traiteurs, qui nous ont régalé d’un excellent bourgogne. Comme nous avions prévu nous charger de notre propre repas vu l’heure tardive et l’épuisement ambiant, nous ne sommes restés que pour la soupe au pistou traditionnelle préparée par Jacqueline. Un régal! Je vais en obtenir la recette, c’est juré!

Chez Eliane et Alain

Retour à la villa, souper de poulet sauté et riz aux tomates, allez hop au dodo.

Les photos dans Picasa, le lien est quelque part!

– Pitché dans le blog avec mon iPad!