Petit dimanche matin tristounet

Ce matin, la gentille Caro s’informait de mon état d’esprit via la messagerie Fesse de bouc. Voici ce que je lui ai répondu…

« Allo Caro. Ça va mieux depuis que Cachou n’est plus là, en fait. La dernière semaine a été très éprouvante car Cachou baissait rapidement et on savait bien ce qui s’en venait. Par contre, j’appréhendais l’arrivée du moment où j’aurais à agir… On ne sait jamais si on choisira le « bon moment », ce point de juste équilibre entre le désir de rester le plus longtemps possible avec ce compagnon qui nous a été si précieux, et son désir à lui d’en finir, ou enfin du moment où sa qualité de vie n’a plus de sens pour lui.

La jeune fille s’inquiète pour son grand frère

Heureusement, comme toujours mon amour de chien a été à la hauteur de la tâche. J’ai clairement senti dans son attitude que ce moment était arrivé dans la journée de lundi, lorsqu’il s’est couché entre mes jambes, la tête reposant sur ma cuisse, et qu’il s’est lourdement endormi après quelques minutes en ronflant pendant que je caressais sa bonne grosse tête.

Jamais Cachou n’avait accepté de se faire taponner de la sorte. C’est plutôt le genre de Praline, ça. J’ai compris qu’il s’était abandonné à son sort et que c’était à moi d’agir. »

Notre dernière sortie avec Cachou, aux pommes

Le vide

C’est clair : la maison est pleine de trous et d’objets, de décors qui me ramènent constamment le souvenir d’un simple chien rescapé de la SPA qui aura été l’un de mes meilleurs amis (désolé pour mes amis à deux pattes de le dire comme ça, mais la garde rapprochée comprend très bien…) pendant toutes ces années. Ça ne changera pas, mais le temps fera son œuvre. Pour le moment, je suis en paix avec ma conscience, je crois avoir pris la bonne décision au bon moment. Notre toutou et nous aurons pu profiter mutuellement de nos présences le plus longtemps possible.

Et ce matin, la maison me semble toujours bien vide, mais au moins je n’ai plus à me demander si LE moment est arrivé. Cachou gambade au paradis des goldens avec un paquet d’amis… Lui qui préférait nettement la compagnie des humains, il doit tout de même s’ennuyer un peu!

Peut-être que cet endroit est mixte… On ne sait jamais.