Parcs US, Jour 4 : The Narrows, Big Bend et Emerald Pools

Bon ben il y a effectivement évolution dans la situation pour visiter The Narrows : il y a risque de flash flood. On va convenir de laisser tomber pour cette fois, non sans un gros pincement au cœur pour Vince et moi et un gros soulagement pour There. Finalement, elle n’avait pas vraiment envie de se retrouver dans 4 pieds d’eau rapide.

The Narrows

The Narrows, c’est en effet très particulier : la Virgin River creuse depuis des millions d’années le canyon de Zion, qui se rétrécit de façon dramatique à l’entrée de la très-bien nommée section The Narrows. Ici, la rivière peut n’avoir que 30 pieds de largeur alors que les parois, verticales, peuvent atteindre jusqu’à 2000 pieds! Évidemment, on veut voir ça.

Sauf qu’on ne pourra pas.  On a surveillé les conditions depuis notre arrivée et aujourd’hui, les rangers ont ajouté « risque de flashflood » aux déjà désagréables « very cold« , « deep » et « fast » qui nous narguent depuis l’arrivée.  Bon, on va revenir un jour, mais pour le moment nous allons nous contenter d’une marche pépère jusqu’à l’entrée de la section des Narrows.

C’est vraiment très beau, ce qui enfonce le clou encore plus. Par contre, comme c’est samedi, il y a des nuées de gens, pas souvent équipés pour passer la journée à marcher. Le plus drôle : incontestablement les amis français, qui sont habituellement en souliers plats, vestons de cuir et autres machins à la mode urbaine. On croirait qu’ils n’ont pas idée de l’endroit où ils se trouvent, ma foi. Pourtant, le Michelin est limpide sur les conditions qui prévalent ici.  Enfin. Notons qu’on peut observer ici, à très courte distance, de nombreux Mule Deer, l’espèce locale de mini-chevreuil.

De Big Bend, The Organ à l’avant-plan
et le Great White Throne à l’arrière

Big Bend

Au retour de l’entrée des Narrows, on arrête à Big Bend pour bouffer.  Big Bend, c’est l’endroit où la rivière effectue une longue boucle autour de The Organ, au pied d’Angel’s Landing. On l’a d’abord vue d’en haut, cette boucle; aujourd’hui, on prend les choses de… bas. Vu de là, ça paraît encore plus haut; la falaise, verticale, s’étend pratiquement à perte de vue. Tout en haut, de microscopiques fourmis humaines s’agitent en longeant l’arête rocheuse… on réalise pleinement la proximité du vide de la piste que nous avons empruntée deux jours plus tôt. Ça étourdit en rétrospective.

Retour à la navette, cette fois en direction d’Emerald Pools.

Emerald Pools

Lower Emerald Pool

Alors là c’est la foule du samedi : la piste, facile et courte (quelques Km) qui mène à la série de trois cascades nommées Emerald est envahie par les plaisanciers de tous ordres. Elle est pavée jusqu’à la première cascade, la plus jolie des trois sans l’ombre d’un doute, ce qui en rend l’accès aisé pour tout le monde. Nous croisons avec un certain étonnement notre premier éclopé de la semaine, un monsieur assez considérable au visage ensanglanté qui a dû arrêter de regarder où il allait pour se retrouver hors piste, cul par-dessus tête dans la section la moins dangereuse de tout le parc.

Heureusement, on retrouve par la suite un peu de vie privée au fur et à mesure qu’on s’éloigne du niveau des vaches pour remonter vers la deuxième, puis finalement la dernière cascade, qui trouve sa source dans un petit lac abreuvé par le ruissellement de la falaise elle-même, une sorte de weeping rock comme nous en avons vu au départ de la piste menant à Observation Point. J’imagine qu’à la fonte des neiges, il y a ici une véritable chute en provenance du sommet du plateau qui nous surplombe.

Fort joli, tranquille. On s’assoit pour casser la croûte un peu, et on redescend.  Je laisse mes compagnons rentrer au centre d’interprétation sans moi et j’en profite pour descendre à chaque arrêt de la navette, question de prendre le temps de photographier les points de vues aperçus en cours de route.

Ce soir, on retourne souper chez Oscar!

The Court of the Patriarchs